Carnaval de Rio 2020Programmes Carnaval de Rio 2020

Ecoutez les sambas du Carnaval de Rio 2020

Bateria ecole de samba
Une bateria d’école de samba

Tous les ans pour le Carnaval de Rio chacune des écoles compose un samba qui illustre le thème qu’elle a choisi pour l’année.
Ces sambas sont un style de musique à part entière appelée samba-enredo que l’on peut interpréter comme « samba du thème ».

Le samba est un élément central dans un défilé. C’est lui qui va donner le ton et l’énergie à la parade. Il doit être bien développé et illustrer parfaitement le thème choisi tout en étant enivrant et enthousiasmant pour les participants.
Il sera également l’objet d’une note à part entière, car un des critères de notations lui est entièrement dédié.

Ces chansons sont généralement issues de la collaboration de plusieurs artistes. Elles sont choisies à l’issue d’un concours où plusieurs sambas sont en compétitions. Le plus souvent ce sont des compositions originales, mais ils arrivent parfois que certaine école de samba réédite un samba historique qui a déjà fait un succès des années auparavant.

Le samba-enredo est un style à part de samba, spécialement dédié aux défilés des carnavals brésiliens

Que ce soit pour le plaisir de vous réchauffer le cœur ou pour préparer votre venue au Carnaval, découvrez maintenant tous les sambas de cette année.

Les sambas de enredo du Carnaval de Rio 2020:

Samba de Estacio de Sa 2020

Défilé: Dimanche 23 février 2020 à partir de 21h15
Carnavalesque: Rosa Magalhães
enredo: « Pedra »
Thème: « Pierre »

Musique et paroles:

Compositeurs: Edson Marinho, Jorge Xavier, Júlio Alves, Jailton Russo, Ivan Ribeiro et Dudu Miller
Interprètes: Serginho do Porto

Version originale

Vai, São Carlos
À força dos ancestrais
Pedra fundamental do Samba
Batalhas e rituais
Paredes que contam histórias
Na sede pela vitória
Sagrada, talhada, encravada no chão
Conduz meu pavilhão

Ê roda pra lá, ê roda pra cá
Brilha na estrada seguindo o caminho do mar
          (bis)
Diamantes e amores, sedução e Fantasia
A riqueza dos senhores dos escravos alforria

No verso duro a inspiração
Da serra do meu pai e meu avô
O trem que leva a produção
Das minas a tinta do grande escritor
Vem peneirar, peneirar
O garimpo traz o ouro e a cobiça dos mortais
Peneirar, peneirar
Devastando a natureza no Pará dos Carajás
Da lua, de Jorge, eu vejo o Planeta Azul chorar
Atire a pedra quem não tem espelho
Quero meu rubi vermelho
Pra minha Estácio de Sá

O poder que emana do alto da pedreira
Tem alma justiceira e garra de leão
          (bis)
Senhor, não deixa um filho seu sozinho
Tirando pedras do meu caminho

Traduction automatique

Allez, Sao Carlos
Par la force des ancêtres
Pierre de fondation Samba
Batailles et rituels
Des murs qui racontent des histoires
Dans la soif de victoire
Saint, sculpté, coincé dans le sol
Mène mon pavillon

Ça court là, ça court ici
Brille sur la route en suivant la voie maritime
          (bis)
Diamants et amours, séduction et fantaisie
La richesse de la maîtrise des esclaves

Dans le verset dur l’inspiration
Des montagnes de mon père et de mon grand-père
Le train qui anime la production
Des mines l’encre du grand écrivain
Venez tamiser, tamiser
L’exploitation de l’or apporte l’or et la cupidité des mortels
Tamiser, tamiser
Nature dévastatrice à Pará dos Carajás
De la lune, de Jorge, je vois le cri de la planète bleue
Jette la pierre qui n’a pas de miroir
Je veux mon rubis rouge
À mon Estácio de Sá

La puissance émanant du sommet de la carrière           (bis)
A une âme juste et une griffe de lion
Seigneur, ne laisse pas ton enfant seul
Sortir les pierres de mon chemin

Samba de Viradouro

Défilé: Dimanche 23 février 2020 à partir de 22h20
Carnavalesque: Tarcísio Zanon et Marcus Ferreira
enredo: « Viradouro de alma lavada »
Thème: « Viradouro l’âme lavée »

Musique et paroles:

Compositeurs: Claudio Russo, Paulo Cesar Feital, Diego Nicolau, Julio Alves, Dadinho, Rildo Seixas, Manolo, Anderson Lemos et Carlinhos Fionda
Interprète: Zé Paulo Sierra

Version originale

Levanta, preta, que o sol tá na janela
Leva a gamela pro xaréu do pescador
A alforria se conquista com o ganho
E o balaio é do tamanho do suor do seu amor
Mainha, esses velhos areais
Onde nossas ancestrais acordavam as manhãs pra luta
Sentem cheiro de angelim
E a doçura do quindim
Da bica de Itapuã

Camará ganhou a cidade
O erê herdou liberdade
          (bis)
Canto das Marias, Baixa do Dendê
Chama a freguesia pro batuquejê

São elas, dos anjos e das marés
Crioulas do balangandã, ô Iaiá
Ciranda de roda, na beira do mar
Ganhadeira que benze e vai pro terreiro Sambar
Nas escadas da fé:
É a voz da mulher!

Xangô ilumina a caminhada
A falange está formada, um coral cheio de amor
Kaô, o Axé vem da Bahia
Nessa negra cantoria
Que Maria ensinou

Ó, mãe! Ensaboa, mãe!
Ensaboa, pra depois quarar
          (bis)

Ora yê yê ô Oxum! Seu dourado tem Axé
Faz o meu quilombo no Abaeté
Quem lava a alma dessa gente veste ouro
          (bis)
É Viradouro! É Viradouro!

Traduction automatique

Lève-toi, noir, que le soleil soit dans la fenêtre
Prenez l’auge au châle du pêcheur
Manumission conquiert avec gain
Et le ballon a la taille de la sueur de ton amour
Mainha, ces vieux sables
Où nos ancêtres se sont réveillés le matin pour se battre
Ils sentent l’ange
Et la douceur de Quindim
Du bec d’Itapuã

Camará a remporté la ville
L’erê a hérité de la liberté
          (bis)
Canto das Marias, Baixa do Dendê
Appeler la paroisse pro batuquejê

Ce sont les anges et les marées
Créoles Balangandã, 4e Iaiá
Ciranda de roda, au bord de la mer
Gagnant qui bénit et se rend au terreiro Sambar
Sur les marches de la foi:
C’est la voix de la femme!

Shango illumine la marche
La phalange est formée, un chœur plein d’amour
Kaô, l’Axé vient de Bahia
Dans ce chant noir
Que Mary a enseigné

Oh maman! Savon, maman!
Savonnez-le, puis trempez
          (bis)

Oh ouais, oh oh! Ton or a Axé
Faire mon quilombo à Abaeté
          (bis)
Qui lave l’âme de ces gens porte de l’or
C’est Viradouro! C’est Viradouro!

Samba de Mangueira 2020

Défilé: Dimanche 23 février 2020 à partir de 23h25
Carnavalesque: Leandro Vieira
enredo: « A verdade vos fará livre »
Thème: « La vérité vous rendra libre »

Musique et paroles:

Compositeurs: Manu da Cuíca et Luiz Carlos Máximo
Interprète: Marquinhos Art’Samba

Version originale

Eu sou da Estação Primeira de Nazaré
Rosto negro, sangue índio, corpo de mulher
Moleque Pelintra no Buraco Quente
Meu nome é Jesus da Gente
Nasci de peito aberto, de punho cerrado
Meu pai carpinteiro desempregado
Minha mãe é Maria das Dores Brasil
Enxugo o suor de quem desce e sobe ladeira
Me encontro no amor que não encontra fronteira
Procura por mim nas fileiras contra a opressão

E no olhar da porta-bandeira pro seu pavilhão           (bis)

Eu tô que tô dependurado
Em cordéis e Corcovados
Mas será que todo povo entendeu o meu recado?
Porque de novo cravejaram o meu corpo
Os profetas da intolerância
Sem saber que a esperança
Brilha mais na escuridão

Favela, pega a visão
Não tem futuro sem partilha
Nem Messias de arma na mão
Favela, pega a visão
Eu faço fé na minha gente
Que é semente do seu chão

Do céu deu pra ouvir
O desabafo sincopado da cidade
Quarei tambor, da cruz fiz esplendor
E ressurgi no cordão da liberdade

Mangueira
Samba, teu Samba, é uma reza
Pela força que ele tem
Mangueira
          (bis)
Vão te inventar mil pecados
Mas eu estou do seu lado
E do lado do Samba também

Traduction automatique

Je viens de la première station de Nazaré
Visage noir, sang indien, corps de femme
Pelintra Boy dans Hot Hole
Je m’appelle Jésus du peuple
Je suis né avec la poitrine ouverte, le poing fermé
Mon père menuisier au chômage
Ma mère est Maria das Dores Brasil
J’essuie la sueur de ceux qui descendent et montent
Je me retrouve amoureux qui ne connaît pas de frontière
Cherchez-moi dans les rangs contre l’oppression

Et dans le look du porte-drapeau pour votre drapeau           (bis)

Je suis suspendu
En ficelle et bosses
Mais est-ce que tout le monde a compris mon message?
Parce qu’encore une fois ils ont clouté mon corps
Les prophètes de l’intolérance
Ne sachant pas cet espoir
Brille plus dans l’obscurité

Taudis, attrape la vision
Pas d’avenir sans partage
Pas le Messie avec l’arme à la main
Taudis, attrape la vision
J’ai foi en mon peuple
Qui est la graine de ton sol

Du ciel, tu pouvais entendre
L’éclat syncopé de la ville
Je vais tambouriner, j’ai fait la splendeur de la croix
Et j’ai refait surface sur le cordon de la liberté

Mangueira
La Samba, votre Samba, est une prière
Par la force qu’il a
Mangueira
          (bis)
Ils vous inventeront mille péchés
Mais je suis à tes côtés
Et du côté de la Samba aussi

Samba de Paraiso da Tuiuti 2020

Défilé: Dimanche 23 février 2020 à partir de 00h30
Carnavalesque: João Vitor Araújo
enredo: « O Santo e o rei: encantarias de Sebastião »
Thème: « Le saint et le Roi: l’enchantement de Sebastião  »

Musique et paroles:

Compositeurs: Moacyr Luz, Claudio Russo, Anibal, Julio Alves, Pier et Tricolor
Interprète: Celsinho Mody et Nino do Milênio

Version originale

Todo 20 de janeiro
Nos altares e terreiros
Pelos campos de batalha
Uma vela pro divino
O imperador menino
Um sebastião não falha

Nas marés, o Desejado
Infiéis pra todo lado
Enfrentou a lua cheia

No deserto, um grão de areia
Dom Sebastião vagueia                   (bis)
Sem futuro, nem passado

Renasce sob nós, um caboclo encantado
Na praia dos lençois, é o touro coroado
Vestiu bumba-meu-boi
Até mudou o fado
No couro do tambor foi batizado

Poeira, ê! Poeira!
Pedra Bonita pôs o santo no altar                              (bis)
Sangrou a terra, onde a paz chorou a guerra
Mas ele vai voltar!

Rio, do peito flechado
Dos apaixonados
Rio-Batuqueiro
Oxóssi, orixá das coisas belas
Guardião dessa aquarela
Salve o Rio de Janeiro
Orfeus tocam liras na favela
A cidade das mazelas
Pede ao santo proteção
Grito o teu nome no cruzeiro
Oh, padroeiro! Toda a minha devoção!

No Morro do Tuiuti, no alto do terreirão
No Morro do Tuiuti, no alto do terreirão               (bis)
O cortejo vai subir, pra saudar Sebastião!
O cortejo vai subir, pra saudar Sebastião!

Traduction automatique

Tous les 20 janvier
Dans les autels et les terreiros
À travers les champs de bataille
Une bougie au divin
Le petit empereur
Un sebastien n’échoue pas
Dans les marées, le désir
Des infidèles partout
Face à la pleine lune

Dans le désert, un grain de sable
Dom Sebastião erre
Pas d’avenir, pas de passé.

Né sous nous, un caboclo enchanté
Dans la plage des draps, est le taureau couronné
Bumba-meu-ox habillé
Même fado changé
Dans le cuir du tambour a été baptisé

Poussière, ouais! Poussière!
Pedra Bonita a mis le saint sur l’autel (bis)
Saigné la terre où la paix pleurait la guerre
Mais il reviendra!

Rio, du coffre fléché
Amoureux
Rivière Batuqueiro
Oxóssi, orisha des belles choses
Gardien de cette aquarelle
Sauver Rio de Janeiro
Orphée joue de la lyre dans le bidonville
La ville de Mazelas
Demandez au saint de vous protéger
Criez votre nom sur la croisière
Oh patron! Toute ma dévotion!

Sur la colline Tuiuti, au sommet de Terreirão
Sur la colline Tuiuti, au sommet de Terreirão (bis)
La procession se lèvera pour saluer Sebastião!
La procession se lèvera pour saluer Sebastião!

Samba de Grande Rio 2020

Défilé: Dimanche 23 février 2020 à partir de 01h35
Carnavalesque: Gabriel Haddad et Leonardo Bora
enredo: « Tata Londirá: o canto do caboclo no quilombo de Caxias »
Thème: « Tata Londirá: le chant du caboclo dans le quilombo de Caxias »

Musique et paroles:

Compositeurs: Derê, Robson Moratelli, Rafael Ribeiro et Toni Vietnã
Interprète: Evandro Malandro

Version originale

É Pedra Preta!
Quem risca ponto nesta casa de caboclo
Chama Flecheiro, Lírio e Arranca Toco,
Seu “Serra Negra” na Jurema, Juremá…

Pedra Preta!
O assentamento fica ao pé do dendezeiro
Na capa de Exu, caminho inteiro
Em cada encruzilhada um alguidar

Era homem, era bicho flor
Bicho homem pena de pavão
A visão que parecia dor
Avisando Salvador, João!

No Camutuê Jubiabá
Lá na roça a gameleira
“Da Gomeia” dava o que falar
Na curimba feiticeira

Okê! Okê! Oxóssi é caçador
Okê! Arô! Odé!                                              (bis)
Na paz de Zambi, ele é Mutalambô!
O alaketo, guardião do Agueré

É isso, dendê e catiço,
O rito mestiço que sai da Bahia
E leva meu Pai mandingueiro
Baixar no terreiro quilombo Caxias
Malandro, vedete, herói, faraó…
Um Saravá pra folia
Bailam os seus pés
E pelo ar o bejoim
Giram presidentes, penitentes, yabás
Curva-se a rainha e os ogans Batuqueiros pedem paz

Salve o Candomblé, Eparrei, Oyá!
Grande Rio é Tata Londirá
Pelo amor de Deus, pelo amor que há na fé
Eu respeito seu amém
Você respeita meu Axé

Salve o Candomblé, Eparrei, Oyá!
Grande Rio é Tata Londirá
Pelo amor de Deus, pelo amor que há na fé
Respeita o meu Axé

Traduction automatique

C’est Black Stone!
Qui frappe un point dans cette maison caboclo
Flame, Lily et Pluck Stump,
Votre «Serra Negra» à Jurema, Juremá…
Pierre noire!
La colonie est au pied du palmier à huile
Sur la couverture d’Exu, tout le chemin
A chaque carrefour

C’était un homme, c’était une punaise
Homme plume de paon
La vue qui ressemblait à de la douleur
Avertissement Salvador, John!

Dans le Camutuê Jubiabá
Là sur le terrain la gameleira
« Da Gomeia » vous a donné de quoi parler
Dans la sorcière curimba

Ok! Ok! Oxossi est un chasseur
Ok! Hoop! Ode! (bis)
Au calme de Zambi, il est Mutalambô!
alaketo, gardien d’Agueré

Voilà, palmier à huile et cation,
Le rite métis qui quitte Bahia
Et prends mon père mandingiro
Télécharger dans le quilombo terreiro Caxias
Trickster, harnais, héros, pharaon…
Un Saravá pour les réjouissances
Ballet tes pieds
Et par avion le bejoim
Tournez les présidents, les pénitents, les yabas
La reine s’incline et les ogans du batteur appellent à la paix

Sauvez le Candomblé, Eparrei, Oyá!
Grande Rio est Tata Londirá
Pour l’amour de Dieu, pour l’amour de la foi
Je respecte votre amen

Respectez-vous ma hache

Sauvez le Candomblé, Eparrei, Oyá!
Grande Rio est Tata Londirá
Pour l’amour de Dieu, pour l’amour de la foi
Respecte ma hache

Samba de União da Ilha 2020

Défilé: Dimanche 23 février 2020 à partir de 02h40
Carnavalesque: Fran Sérgio et Cahê Rodrigues
enredo: « Nas encruzilhadas da vida, entre becos, ruas e vielas, a sorte está lançada: Salve-se quem puder! »
Thème:« Au carrefour de la vie, entre les ruelles, les rues et les allées, les dés sont jetés: sauve-qui-peut. »

Musique et paroles:

Compositeurs: Márcio André, Márcio André Filho, Rafael Prates, J. Alves, Daniel et Marinho
Interprète: Ito Melodia

Version originale

Senhor… Eu sou a Ilha
E no meu ventre essa verdade que impera
Que é invisível entre becos e vielas
De quem desperta pra viver a mesma ilusão
E vai trabalhar
Antes do sol levantar de novo
A voz do rancor não cala meu povo, não
Sou mãe, dignidade é meu destino
Rogo em prece meus meninos
Ao longe alguém ouviu
Meus filhos são filhos dessa mãe gentil

Inocentes, culpados, são todos irmãos
Esse nó na garganta vou desabafar               (bis)
O chumbo trocado, o lenço na mão
Nessa terra de Deus dará…

Eu sei o seu discurso oportunista
É a ganância, hipocrisia
O seu abraço é minha dor (seu doutor)
Eu sei que todo mal que vem do homem
Traz a miséria e causa fome
Será justiça de quem esperou
O Morro desce o asfalto e dessa vez
Esquece a tristeza agora…
É hoje o dia da comunidade
Um novo amanhã, num canto de liberdade

A nossa riqueza é ser feliz
Por todos os cantos do país                       (bis)
Na paz da criança, o amor da mulher
De gente humilde que pede com fé

Traduction automatique

Seigneur… je suis l’île
Et dans mon ventre cette vérité qui règne
Qui est invisible entre les ruelles et les ruelles
Qui se réveille pour vivre la même illusion
Et va travailler
Avant que le soleil se lève à nouveau
La voix de la rancune ne fait pas taire mon peuple, non
Je suis mère, la dignité est mon destin
Je prie mes garçons
Au loin, quelqu’un a entendu
Mes enfants sont des enfants de cette gentille mère

Innocents, coupables, ils sont tous frères
Cette bosse dans ma gorge je vais évacuer
Le plomb changé, le mouchoir à la main
Dans cette terre de Dieu donnera…

Je connais ton discours opportuniste
C’est de la cupidité, de l’hypocrisie
Votre étreinte est ma douleur (votre médecin)
Je connais tout le mal qui vient de l’homme
Il apporte la misère et provoque la faim
Ce sera la justice de ceux qui ont attendu
La colline descend l’asphalte et cette fois
Oubliez la tristesse maintenant…
C’est la journée de la communauté aujourd’hui
Un nouvel avenir dans un coin de liberté

Notre richesse est d’être heureux
Partout dans le pays (bis)
Dans la paix de l’enfant, l’amour de la femme
De personnes humbles qui demandent avec foi

Samba de Portela 2020

Défilé:  Dimanche 23 février 2020 à partir de 03h45
Carnavalesque: Renato Lage et Márcia Lage
enredo: « Guajupiá, terra sem males »
Thème: « Guajupiá, une terre sans mal »

Musique et paroles:

Compositeurs: Valtinho Botafogo, Rogério Lobo, José Carlos, Zé Miranda, Beto Aquino, Pecê Ribeiro, D´Sousa et Araguaci
Interprète: Gilsinho

Version originale

Clamei aos céus
A chama da maldade apagou
E num dilúvio a Terra ele banhou
Lavando as mazelas com perdão
Fim da escuridão
Já não existe a ira de Monã
No ventre há vida, novo amanhã
Irim Magé já pode ser feliz
Transforma a dor na alegria de poder mudar o mundo
Mairamuãna tem a chave do futuro
Pra nossa tribo lutar e cantar

Auê, auê, a voz da mata, okê okê arô
Se Guanabara é resistência (bis)
O índio é arco, é flecha, é essência

Ao proteger Karioka
Reúno a maloca na beira da rede
Cauim pra festejar… Purificar
Borduna, tacape e ajaré
Índio pede paz, mas é de guerra
Nossa aldeia é sem partido ou facção
Não tem “bispo”, nem se curva a “capitão”
Quando a vida nos ensina
Não devemos mais errar
Com a ira de Monã
Aprendi a respeitar a natureza, o bem viver

Pro imenso azul do céu
Nunca mais escurecer (bis)

Índio é tupinambá
Índio tem alma guerreira
Hoje meu Guajupiá é Madureira
Voa águia na floresta (bis)
Salve o Samba, salve ela
Índio é dono desse chão
Índio é filho da Portela

Traduction automatique

J’ai pleuré vers le ciel
La flamme du mal s’est éteinte
Et dans une inondation la terre il a baigné
Laver les problèmes avec pardon
Fin des ténèbres
La colère de Monan n’existe plus
Dans l’utérus il y a la vie, nouvelle demain
Irim Magé peut être heureux maintenant
Transformez la douleur en joie de changer le monde
Mairamuãna a la clé de l’avenir
Pour que notre tribu se bat et chante

Auê, auê, la voix des bois, okê okê arô
Si Guanabara est une résistance (bis)
L’Indien est un arc, une flèche, une essence.

En protégeant Karioka
Je ramasse le maloca au bord du hamac
Cauim pour célébrer… Purifier
Borduna, club et ajaré
Un Indien demande la paix, mais la guerre
Notre village est sans parti ni faction
Il n’a pas « d’évêque », ni ne s’incline devant « capitaine »
Quand la vie nous apprend
Nous ne devons plus faire d’erreurs
Avec la colère de Monan
J’ai appris à respecter la nature, le bien vivre

Pro ciel bleu énorme
Ne sombre plus jamais

L’indien est Tupinambá
Indien a guerrier âme
Aujourd’hui, mon Guajupiá est Madureira
Aigle volant dans la forêt (bis)
Sauvez la Samba, sauvez-la
Indien possède cet étage
Indien est le fils de Portela

Samba de São Clemente 2020

Défilé:  Lundi 24 février 2020 à partir de 21h15
Carnavalesque: Jorge Silveira
enredo: « O conto do vigário »
Thème: « Le conte du vicaire (curé) »

Musique et paroles:

Compositeurs: Marcelo Adnet, André Carvalho, Pedro Machado, Gustavo Albuquerque, Gabriel Machado, Camilo Jorge, Luiz Carlos França et Raphael Candela
Interprètes: Leozinho Nunes, Bruno Ribas et Grazzi Brasil

Version originale

O sino toca na capela e anuncia
Nossa Senhora começou a confusão!
Quem vai ficar com a imagem de Maria?
O burro vai tomar a decisão

Mas o jogo estava armado
Era o conto do vigário
Nessa terra fértil de enredo
Se aprende desde cedo
Todo papo que se planta dá
Dom João deu uma volta em Napoleão,
Fez da colônia dos Malandros capital
Trambique, patrimônio nacional

Tem laranja!
“Na minha mão, uma é três e três é dez!”               (bis)
É o bilhete premiado vendido na rua
Malandro passando terreno na lua!

Hoje, o vigário de gravata
Abençoa a mamata,
Lobo em pele de cordeiro
“Trago em três dias seu amor”
“La garantia soy yo!”
“Só trabalho com dinheiro”
Chamou o VAR, tá grampeado,
Vazou, deu sururu,
Tem marajá puxando férias em Bangu!

Balança na rede
Abre a janela, aperta o coração
O filtro é Fantasia da beleza
Na virtual roleta da desilusão

Brasil, compartilhou, viralizou, nem viu!
E o país inteiro assim sambou                            (bis)
“Caiu na fake news!”

Meu povo chegou ôô!
A maré vai virar, laiá!                                             (bis)
Na ginga, pra frente, lá vem São Clemente
Sem medo de acreditar!

Traduction automatique

La cloche sonne dans la chapelle et annonce
Notre-Dame a déclenché la confusion!
Qui sera à l’image de Marie?
L’âne prendra la décision
Mais le jeu était réglé
C’était l’histoire du vicaire
Dans cette terre fertile de parcelle
Si vous apprenez tôt
Chaque plante dont nous parlons donne
Dom Joao est allé se promener à Napoléon,
Fabriqué à partir de la capitale colonie de voleurs
Trambique, patrimoine national

Il a de l’orange!
«Dans ma main, un est trois et trois est dix!» (Bis)
C’est le ticket gagnant vendu dans la rue
Trickster passant au sol sur la lune!

Aujourd’hui, le vicaire à égalité
Bénis le mata,
Loup déguisé en mouton
« J’apporte ton amour en trois jours »
« La garantie soja yo! »
« Je ne travaille qu’avec de l’argent »
Ça s’appelle le VAR, c’est buggé,
Fuit, a donné sururu,
Il y a un maharaja qui tire des vacances à Bangu!

Échelle sur le net
Ouvrez la fenêtre, serrez le cœur
Le filtre est une fantaisie de beauté
Dans la roulette virtuelle de la déception

Le Brésil, partagé, viralisé, n’a même pas vu!
Et tout le pays comme cette Samba (bis)
« Je suis tombé sur de fausses nouvelles! »

Mon peuple est venu, oh!
La marée va tourner, laia! (bis)
Dans le ginga, devant, vient São Clemente
Aucune crainte de croire!

Samba de Vila Isabel 2020

Défilé:  Lundi 24 février 2020 à partir de 22h20
Carnavalesque: Edson Pereira
enredo: « Gigante pela própria natureza: Jaçanã e um índio chamado Brasil »
Thème: « Géant part nature: Jaçanã et un Indien nommé Brésil »

Musique et paroles:

Compositeurs: Claudio Russo, Chico Alves et Julio Alves
Interprète: Tinga

Version originale

Sou eu!
Índio, filho da mata
Dono do ouro e da prata
Que a Terra Mãe produziu
Sou eu!
Mais um Silva pau-de-arara
Sou barro marajoara
Me chamo Brasil
Aquele que desperta a Cunhatã
Pra ouvir Jaçanã sussurrar ao destino

O curumim, o piá e o mano
Que o vento minuano também chama de menino             (bis)

Do Tapajós desemboquei no Velho Chico
Da Negra Xica, solo rico das Gerais
E desaguei em fevereiro
No meu Rio de Janeiro, terra de mil Carnavais

Ô viola! A sina de preto velho
É luta de quilombola, é pranto, é caridade                     (bis)
Ô fandango! Candango não perde a fé
Carrega filho e mulher pra erguer nova cidade

Quando a cacimba esvazia
Seca a água da moringa
Sertanejo em romaria
É mais forte que mandinga
Assim nasceu a Flor do Cerrado
Quando um cacique inspirado
Olhou pro futuro e mandou construir
Brasília, joia rara prometida
Que Nossa Senhora de Aparecida
Estenda seu manto pro povo seguir

Sou da Vila não tem jeito
Fazer Samba é meu papel
Fiz do chão do Boulevard meu céu             (bis)
“Paira no ar” o azul da beleza
Gigante pela própria natureza

Traduction automatique

C’est moi!
Fils indien des bois
Propriétaire d’or et d’argent
Que la Terre Mère a produit
C’est moi!
Encore un Silva Wood Ara
Je suis de l’argile marajoara
Je m’appelle le Brésil
Celui qui réveille Cunhatã
Entendre Jaçanã chuchoter au destin
Le curumim, le piá et le bro
Ce que le vent minuano appelle aussi un garçon (bis)

De Tapajós je suis arrivé à Velho Chico
Da Negra Xica, riche terre des généraux
Et je suis sorti en février
Dans mon Rio de Janeiro, terre de mille carnavals

Hé guitare! La vieille cloche noire
C’est un combat de quilombola, c’est des larmes, c’est de la charité (bis)
Hé fandango! Candango ne perd pas confiance
Emmener son fils et sa femme pour construire une nouvelle ville

Quand le seau se vide
Sèche l’eau du moringa
Pays en pèlerinage
C’est plus fort que mandinga
Ainsi est née la Fleur Cerrado
Quand un chef inspiré
Il a regardé vers l’avenir et l’a fait construire
Brasilia, un bijou rare promis
Que Notre-Dame d’Aparecida
Prolongez votre cape pour que les gens suivent

Je viens de Vila, il n’y a aucun moyen
La Samba est mon rôle
J’ai fait le sol du Boulevard mon ciel (bis)
« Accroche en l’air » la beauté bleue
Géant par nature même

Samba de Salgueiro 2020

Défilé:  Lundi 24 février 2020 à partir de 23h25
Carnavalesques: Alex de Souza
enredo: « O rei negro do picadeiro »
Thème: « le roi noir de la piste »

Musique et paroles:

Compositeurs: Marcelo Motta, Fred Camacho, Guinga do Salgueiro, Getúlio Coelho, Ricardo Neves et Francisco Aquino
Interprète: Emerson Dias et Quinho

Version originale

Na corda bamba da vida me criei
Mas qual o negro não sonhou com liberdade?
Tantas vezes perdido, me encontrei
Do meu trapézio saltei num voo pra felicidade
Quando num breque, mambembe moleque
Beijo o picadeiro da ilusão
Um novo norte, lançado à sorte
Na “companhia” do luar…
Feito sambista
Alma de artista que vai onde o povo está

E vou estar com o peito repleto de amor
Eis a lição desse nobre palhaço                                 (bis)
Quando cair, no talento, saber levantar
Fazer sorrir quando a tinta insiste em manchar

O rosto retinto exposto
Reflete no espelho
Na cara da gente um nariz vermelho
Num circo sem lona, sem rumo, sem par…
Mas se todo show tem que continuar
Bravo!
Há esperança entre sinais e trampolins
E a certeza que milhões de Benjamins
Estão no palco sob as luzes da ribalta
Salta menino!
A luta me fez majestade
Na pele, o tom da coragem
Pro que está por vir…
Sorrir é resistir!

Olha nós aí de novo
Pra Sambar no picadeiro
Arma o circo, chama o povo, Salgueiro!          (bis)
Aqui o negro não sai de cartaz
Se entregar, jamais!

Traduction automatique

Sur la corde raide de la vie, j’ai grandi
Mais quel noir n’a pas rêvé de liberté?
Tant de fois perdu, je me suis retrouvé
De mon trapèze j’ai sauté sur un vol vers le bonheur
Quand dans un braque, mambembe gosse
Embrasse l’anneau de l’illusion
Un nouveau nord, lancé au hasard
Au clair de lune «compagnie»…
Fabriqué de la Samba
Artiste soul qui va où les gens sont

Et je serai avec une poitrine pleine d’amour
Voici la leçon de ce noble clown
Quand vous tombez dans le talent, sachez soulever
Souriez quand la peinture insiste sur le maculage

Le visage rouge exposé
Refléter dans le miroir
Sur notre visage un nez rouge
Dans un cirque sans toile, sans direction, sans par…
Mais si chaque spectacle doit continuer
Bravo!
Il y a de l’espoir entre les panneaux et les trampolines
Et la certitude que des millions de benjamins
Ils sont sur scène sous les projecteurs
Jump boy!
Le combat m’a rendu majesté
Dans la peau, le ton du courage
Pour ce qui est à venir…
Sourire, c’est résister!

Regardez-nous encore
Faire de la Samba dans l’arène
Armez le cirque, appelez les gens, Willow! (bis)
Ici le noir ne quitte pas l’affiche
Rendez-vous, jamais!

Samba de Unidos da Tijuca 2020

Défilé:  Lundi 24 février 2020 à partir de 00h30
Carnavalesques: Paulo Barros, Marcus Paulo et Helcio Paim
enredo: « Onde moram os sonhos »
Thème: « Où habitent les rêves »

Musique et paroles:

Compositeurs: Dudu Nobre, Totonho, André Diniz, Fadico et Jorge Aragão
Interprètes: Wantuir

Version originale

O sonho nasce em minha alma
Vai tomando o peito e ganhando jeito
Se eternizando, traduzido em forma
O mais imperfeito, perfeição se torna
Lá no meu quintal, eu vou fazer um bangalô
Já foi tapera feita em palha e sapê
E uma capela que a candeia alumiou
A lua cheia…

Vem, é lindo o anoitecer
Vai, eu Morro de saudade                  (bis)
Todo mundo um dia sonha ter
Seu cantinho na cidade

Como é linda a vista lá do meu Borel
Luzes na colina, meu arranha-céu
Linhas do arquiteto, a vida é construção
Curva-se o concreto, brilha a inspiração

Lágrima desce o Morro
Serra que corta a mata
Mata, a pureza no olhar
O Rio pede socorro
É terra que o homem maltrata
E meu clamor abraça o Redentor
Pra construir um amanhã melhor
O povo é o alicerce da esperança
O verde beija o mar, a brisa vai soprar
O medo de amar a vida
Paz e alegria vão renascer
Tijuca, faz esse meu sonho acontecer

A minha felicidade mora nesse lugar
Eu sou favela!!!                                                       (bis)
O Samba no compasso é mutirão de amor
Dignidade não é luxo, nem favor

Traduction automatique

Le rêve est né dans mon âme
C’est prendre la poitrine et se faire
Éternalisation, traduite en forme
Le plus imparfait, la perfection devient
Dans ma cour, je vais faire un bungalow
Il était autrefois fait de paille et de chaume
Et une chapelle que la lampe a allumée
La pleine lune…

Allez, c’est beau crépuscule
Allez, tu me manques (bis)
Tout le monde rêve un jour d’avoir
Votre petit coin de ville

Quelle est belle la vue de mon Borel
Lumières sur la colline, mon gratte-ciel
Lignes d’architecte, la vie se construit
Pliez le béton, faites briller l’inspiration

Abattre la colline
Scie qui coupe les bois
Mata, la pureté du look
Rio demande de l’aide
C’est une terre que l’homme maltraite
Et mon cri embrasse le Rédempteur
Pour construire un avenir meilleur
Le peuple est le fondement de l’espoir
Le vert embrasse la mer, la brise va souffler
La peur d’aimer la vie
La paix et la joie renaîtront
Tijuca, fais que mon rêve se réalise

Mon bonheur vit dans cet endroit
Je suis un bidonville !!! (bis)
La Samba dans le bar est un effort d’amour
La dignité n’est ni luxe ni faveur

Samba de Mocidade 2020

Défilé:  Lundi 24 février 2020 à partir de 01h35
Carnavalesques: Jack Vasconcelos
enredo: « Elza deusa Soares »
Thème: « Elza la déesse Soares »

Musique et paroles:

Compositeurs: Sandra de Sá, Igor Vianna, Doutor Márcio, Solano Santos, Renan Diniz, Jeferson Oliveira, Prof. Laranjo et Telmo Augusto
Interprète: Wander Pires

Version originale

Lá vai, menina…
Lata d’água na cabeça
Vencer a dor, que esse mundo é todo seu
Onde a “água santa” foi saliva
Pra curar toda ferida que a história escreveu
É sua voz que amordaça a opressão
Que embala o irmão
Para a preta não chorar         (bis)
Se a vida é uma “aquarela”
Vi em ti a cor mais bela
Pelos palcos a brilhar

É hora de acender no peito a inspiração
Sei que é preciso lutar
Com as armas de uma canção                     (bis)
A gente tem que acordar
Da “lama” nasce o amor
Quebrar as “agulhas” que vestem a dor

Brasil, enfrenta o mal que te consome
Que os filhos do Planeta Fome
Não percam a esperança em seu cantar
Ó, nega, “sou eu que te falo em nome daquela”
Da Batida mais quente, o som da favela
É resistência em nosso chão
“Se acaso você” chegar com a mensagem do bem
O mundo vai despertar, deusa da Vila Vintém
Eis a estrela… Meu povo esperou tanto pra revê-la

Laroyê e Mojubá… Liberdade
Abre os caminhos pra Elza passar…
Salve a Mocidade!                                          (bis)
Essa nega tem poder, é luz que clareia
É Samba que corre na veia

Traduction automatique

Voilà, ma fille…
Bidon d’eau sur la tête
Surmonte la douleur, que ce monde est tout à toi
Où «l’eau bénite» était de la salive
Pour guérir chaque histoire de plaie écrite
C’est ta voix qui bâillonne l’oppression
Ce qui emballe le frère
Pour que le noir ne pleure pas (bis)
Si la vie est une « aquarelle »
J’ai vu en toi la plus belle couleur
Brillant à travers les étapes

Il est temps d’éclairer ta poitrine
Je sais que tu dois te battre
Avec les armes d’une chanson (bis)
Nous devons nous réveiller
De la « boue » naît l’amour
Briser les « aiguilles » qui portent la douleur

Brésil, affronte le mal qui te consume
Que les enfants de Planet Hunger
Ne perds pas espoir dans ton chant
O nie, « Je te parle au nom de cela »
Du rythme le plus chaud, le son du bidonville
C’est la résistance sur notre sol
«Devriez-vous» arriver avec le message de bien
Le monde s’éveillera, déesse de Vila Vintém
Voici la star… Mon peuple a attendu si longtemps pour la revoir.

Laroyê et Mojubá… Liberté
Cela ouvre la voie au passage d’Elza…
Sauvez les jeunes! (bis)
Ce refus a du pouvoir, c’est la lumière qui éclaire
C’est de la Samba qui coule dans la veine

Samba de Beija Flor 2020

Défilé:  Lundi 24 février 2020 à partir de 02h40
Carnavalesques : Alexandre Louzada et Cid Carvalho
enredo: « Se essa rua fosse minha »
Thème: « Si cette rue était à moi »

Musique et paroles:

Compositeurs: Magal Clareou, Diogo Rosa, Julio Assis, Jean Costa, Dario Jr et Thiago Soares
Interprète: Neguinho da Beija-Flor

Version originale

Preceito!
Minha fé pra seguir nessa estrada
Odara ê! Reina firme na encruzilhada
Abram os caminhos do meu beija-flor
Por rotas já trilhadas no passado
O tempo de tormenta que esse mar levou
Revela este novo Eldorado
Nas trilhas da vida… Desbravador!
Destino traçado… Vencedor!
Nos becos da solidão
Moleque de pé no chão

E nessas andanças eu sigo teus passos
São tantas promessas de um peregrino
É crer no milagre, sagrados valores
Em tantos altares, em tantos andores

A vela que acende, a dor que se apaga
A mão que afaga se torna corrente

Nilopolitano em romaria
A fé me guia! A fé me guia!             (bis)

Em meus devaneios
Entre o real e a imaginação
Saudade persiste,
Insiste em passear no coração
Feito um poema a beira-mar
Canto pra te ver passar
Me vejo em teu caminho
Nessa imensidão azul do teu amor
E às vezes, perdido
Eu me encontro em tuas asas, Beija-Flor
Por mais que existam barreiras
Eu vim pra vencer no teu ninho
É bom lembrar, eu não estou sozinho

Ê Laroyê, Ina Mojubá
Adakê Exu ôôô                                                        (bis)
Segura o povo, que o povo é o dono da rua
Ô corre gira, que a rua é do Beija-Flor

Traduction automatique

Précepte!
Ma foi pour suivre cette route
Odara ê! Règne à la croisée des chemins
Ouvre les voies de mon colibri
Par des itinéraires déjà empruntés dans le passé
Le temps orageux que cette mer a pris
Révélez ce nouvel eldorado
Sur les traces de la vie… Pathfinder!
Destination tracée… Gagnant!
Dans les ruelles de la solitude
Gosse, debout, plancher
Et dans ces errances je suis tes pas
Tant de promesses d’un pèlerin
C’est croire au miracle, aux valeurs sacrées
Dans tant d’autels, dans tant de promeneurs

La bougie qui s’allume, la douleur qui s’éteint
Caresser la main devient courant

Nilopolitano en pèlerinage
La foi me guide! La foi me guide! (bis)

Dans mes rêveries
Entre le réel et l’imagination
Le désir persiste,
Insiste pour marcher dans le cœur
J’ai fait un poème au bord de la mer
Je chante pour te voir à travers
Rendez-vous sur votre chemin
Dans cette immensité bleue de ton amour
Et parfois, perdu
Je me retrouve sur tes ailes, Colibri
Cependant, il existe des obstacles
Je suis venu gagner dans ton nid
Bon à retenir, je ne suis pas seul

Is Laroyê, Ina Mojubá
Adakê Exu ôôô (bis)
Tiens les gens, que les gens possèdent la rue
Ô court, la rue vient de Beija-Flor

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer