Carnaval de Rio 2020Photos Carnaval de Rio 2020

Le Carnaval de Rio au firmament, avec les plus belles écoles de samba

Seconde soirée de défilé des écoles de samba du groupe spécial

Qui en doutait ?
Qui pouvait douter que le plus grand spectacle du monde ait
les plus grands chars carnavalesques du monde ?

Les chars qui ont défilé ces deux derniers jours au Sambodromo ont montré que les limites de hauteur et de grandiosité, de gigantisme et de majesté n’existent pas au Carnaval de Rio. Leur splendeur sur l´avenue Sapucai a envoûté un public stupéfait et heureux.

21h30 : Les premiers « cris de guerre » (qui « chauffent » les participants qui vont défiler) et les premières percussions ont envahi le Sambodromo !

Ne vous faites pas avoir !

Hier, la soirée a débuté par des histoires à dormir debout (ou non), racontées par l’École de Samba São Clemente. De ces histoires dans lesquelles on se fait, parfois, littéralement avoir. Les chars (dont l´un arborait une Sainte effrayée par des anges sexués charretiers et un autre était présidé par un gigantesque et surprenant Pinocchio articulé) et les 3200 interprètes ont mis en scène, tout en sambant, mille et une tromperies, pièges et mauvais coups dans lesquels il vaut mieux ne pas tomber. Y compris les modernes fake news. Le thème développé a aussi permis de critiquer les malversations des dirigeants politiques et des « faux-amis », dont sont si souvent victimes les Brésiliens.

Nous construisons les peuples !

La toujours très attendue École Vila Isabel s´est inspirée d´un conte des Indiens d´Amérique pour entrer spectaculairement dans le Sambodromo avec des chars et des groupes d´artistes colorés représentant différents peuples. Le thème évoque aussi la construction de la capitale du Brésil, ville ultra-moderne inaugurée en 1960.

Moi, roi noir de la piste !

Un colossal Benjamin de Oliveira, le premier clown Noir du Brésil, surmontait l´un des chars de l´École Salgueiro, qui avait décidé de rendre hommage à l´une des figures les plus marquantes du cirque et de la musique brésilienne. Une belle occasion pour nous remémorer les Arts circenses de l´entre-deux siècle (19e et 20e), avec allégresse.

Où vivent nos rêves ?

Unidos da Tijuca a généré le rêve d´une ville merveilleuse en revisitant les constructions architecturales humaines : la Grande Pyramide de Gizeh, Babylone, le Parthénon, mais aussi les plus modernes pistes cyclables, les aménagements forestiers, etc. Le Christ rédempteur, colossale et prodigieuse création humaine, icône de la ville de Rio de Janeiro, surmontait le premier et le dernier char.

Place à Elza !

La Mocidade Independente de Padre Miguel a rendu un émouvant hommage à la chanteuse Elza Soares. Âgée de 90 ans, la grande Dame de la musique populaire brésilienne, protégée de Louis Armstrong, était présente en tête de l´un des chars de l´École. A son entrée sur l´Avenue, les milliers de spectateurs ont ovationné la petite fille née dans une extrême pauvreté, ouvrière d´usine de savon, employée domestique… que le courage, la lutte quotidienne et la voix hors norme ont mené au prestigieux titre décerné par la BBC de « Chanteuse du millénaire ».

L´un des chars affichait de grands slogans, représentant les luttes d´Elza Soares, contre la misogynie, le machisme, l´intolérance et l´hypocrisie, entre autres.

Et si cette (putain et aimée) rue était la mienne ?

Punk, rastas, rappeurs, mauvais garçons balafrés, voitures brûlées… ont envahi l´avenue pour l´entrée, puissante, de la dernière École de la soirée (il était 3 h 00). L´évolution de l´humain et de son parcours (dans les rues), à la conquête de nouveaux territoires, résume le thème de l´École Beija-Flor. Ses chars, certainement les plus hauts et gigantesques de ce carnaval 2020 (l´un dépassait les 5 étages d´un immeuble), ont déchaîné l´enthousiasme du public. Profitant du fait qu´il s´agissait du dernier défilé de la soirée, ce dernier, euphorique, a envahi l´Avenue, courant, chantant, dansant derrière le dernier char.

Encore une fois, les costumes, les chars, les musiques développés par les compositeurs en lien avec les thèmes des Écoles, la générosité des milliers de participants qui défilent au sein des Écoles… ont consacré une nuit exceptionnelle de fête, de samba, de carnaval à Rio de Janeiro.


L’École qui gagnera le prix de Meilleure École de Samba de l’année a sûrement défilé hier soir, tant la soirée fut impressionnante par sa qualité et sa grandeur.

Mais laissons le jury décider… et nous l’annoncer mercredi prochain. Et place aux enfants avec le défilé carnavalesque des plus jeunes, aujourd´hui, dans le Sambodromo de Rio de Janeiro (à des heures plus adaptées à l´âge des participants !). Le carnaval n´a pas d´âge !

Découvrez les photos de cette seconde soirée des défilés des écoles de samba du groupe spécial

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page