Carnaval de Rio 2013

Thème et samba de São Clemente pour le carnaval de Rio 2013

logo_sao_clemente_2013.jpg Développé par le carnavalesque Fábio Ricardo, São Clemente nous présente cette année un thème sur un sujet ultra populaire au brésil: les telenovelas.

Ce thème intitulé: « Horário Nobre »
« l’horaire noble », « heure de grande écoute » ou « Prime time » si vous voulez.

Phénomène de société depuis les années 50 au brésil, les telenovelas accompagnent les Brésiliens au rythme de 3 séries différentes par jour à 18, 19 et 21h et ça juste sur la chaîne principale. C’est l’histoire de ces « télédramaturgies » de cette chaine en particulier la « Globo » qui sera traitée par l’école de samba São Clemente.

Les telenovelas au Brésil sont d’assez sidérantes. Le pourcentage de personnes qui les suivent est énorme, le soir, fenêtres ouvertes, tous les appartements résonnent à l’unisson aux dialogues des protagonistes. Les kiosques à journaux vendent des magazines qui détaillent exclusivement la vie de ces personnages de fiction. Une sorte de magazine « Voici » mais qui ne parle que de ces personnages.

Plus amusant, il n’est pas rare d’entendre des conversations profondes et engagées dans des lieux publics. A ce moment, vous pensez qu’ils parlent de leur famille, de leur boulot ou bien de leurs voisins. Mais non, il parle bien de leur télénovela, comme s’ils connaissaient les personnages.

D’autant plus que les dernières du genre, commencent à bénéficier de production moderne avec de gros moyens et même pour un gringo comme moi, il devient facile de mettre le doigt dedans. Ce qui est assez dangereux, car dans ce cas vous en prenez pour au moins 6 mois 😉 La dernière en date viens juste de finir et s’appelle « Avenida Brasil » elle a remporté un tel succès qu’au soir de la diffusion du dernier épisode le pays s’est quasiment arrêté.

On est bien au delà de l’impact d’un « plus belle la vie » 😉

Espérons que ce thème portera chance a São Clemente et qu’il sera aussi bien accueillit et développé que leur série préférée.

Voici un extrait du samba-enredo qui a remporté le concours et sera donc le samba officiel pour São Clemente pour le Carnaval de Riuo 2013.

Fichier audio intégré

Paroles du samba de São Clemente pour le Carnaval de Rio 2013:

Compositeurs: Gabriel Mansilha, Nelson Amatuzzi, Victor Alves, Floriano do Caranguejo, Beto Savana, Guguinha et Fabio Portugal.

Nem adianta me ligar agora
Eu estou grudado na tela
Antiga história de amor
Orgulho da gente
Ajeita a poltrona, chegou… São Clemente!
No espelho, a magia atravessa gerações
Está no ar a mística das grandes emoções
Coragem irmãos, que viagem
Tem os dramas da vida que imita a arte
As lutas de um povo e suas bandeiras
Amores e risos por todas as partes

Dance bem, dance mal, dance sem parar
Roque quer sambar… Não é brinquedo não
Quero ouro, muito dez, Inshalá
O Astro na imagem da televisão

Bem lembro a me seduzir
A morena sensual Gabriela
Fogosa Tieta e a doce Isaura
Branca escrava, tão bela
Em Bole-Bole quem não viu?
Dona Redonda explodiu!
Segura a peruca, Perpétua
Odete, chegou sua hora
O Brasil parou! Quem matou?
Já vai terminar do jeito que eu quis
Vilão não tem vez, final feliz

Olha quem chegou, Sinhozinho Malta
Viúva Porcina sambando igual mulata
Outros imortais também presentes
Na tela da São Clemente

Voici le synopsis du thème en traduction automatique:

Heure de grande écoute

 » Prenez le téléphone, je vais te voir après le roman. Je ne suis pas, je n’accepte pas l’invitation, tout le monde me parle. Je veux crier, sourire, applaudir pour un couple romantique, heureux pour toujours! »

Sur l’air: roman et le défilé de samba école, deux triomphes de Brazilianness qui mènent le monde, comme glorieux récits artistiques et populaires, les rituels qui renforcent l’identité de la population Brazuca: TAMOS et mélangés parce que peu importe qui est – petit-fils de l’employeur ou de l’employé, ou grand-père; asphalte noir, communauté blanche, le tabac indigène, Oiapoque à Chuy, nous essayons tous de nous reconnaître dans l’art plus légitime vert et jaune de carnaval et feuilleton.

Alors, venez avec moi, avec moi aujourd’hui parce que je suis nouveau: le IBOPE de San Clemente ne cesse de croître parce qu’elle ne s’arrête jamais! De série en série, depuis près de cinquante ans, vous entendez silence dans le studio d’enregistrement. Pour l’instant il y aura du bruit » dans le studio, danse la samba! Est-il utile de me revoir.

A l’ouverture, des actions parallèles, l’histoire centrale. L’intrigue est un répertoire de fiction de clichés, parce que la vie imite l’art toujours ce miroir magique: le coup d’Etat du ventre, l’enfant prodige, la jeune fille qui vit la souffrance sourire, la moitié des suffrages de travail dans une entreprise familiale, et dans la mort secret est révélé – la femme riche et teúda gardé est malade, le conseil est bofe clou tête, le genre qui semblait honnête est le plus corrompu. Tout est permis, pourvu que vous ayez l’empathie, prendre, emplaque! A histoire de la richesse et de la pauvreté, peut être moderne et de présenter le passé, peut être un moment qui n’a pas existé, ou un royaume qui ne sera jamais exister; pêcheur a cowboy bord de mer ou intérieur, gens de la campagne, la ville. Archétypes qui ne meurent pas, ils sont éternels dans nos cœurs: que les personnages se retrouvent, mais il ne disparaîtra jamais! Viva connu de nombreux amis qui habitent le Tupiniquim mémoire émotionnelle, parce que nous avons tous dans nos familles, quelqu’un qui est le visage du personnage de ce roman, quel était le nom? Soyez le charisme qui a déclenché par une bande dessinée illustrée ou même le mal extrême, tout se termine bien, car nous aurons toujours être vu ici.

Un plimplinizada émotion dans Sapucaí qui, aujourd’hui, se tourne vers l’usine écran petit rêve: que l’annonce d’un champion à venir plus d’audience, notre école de samba rend le produit plus que la tête du Brésil en crédibilité et en légitimité, ainsi, à regarder la Nous répétons que ne perroquet le slogan qui colle à la nouvelle ou de la gomme, on peut conclure que ce n’est pas un jouet, non: dans tous les coins est Inshala beaucoup d’or de suite, dans au chon! là. ‘M à tort ou à raison? ‘M Habituée … Et qui parle, robes, des peignes et des gloses sont comme les habitants de ce monde magique (presque réel), qui lance la mode transformant des milliers de citoyens de Jade ou Maya (lui donne eye-liner et le mascara pour mettre en évidence les yeux) allant exposer leur corps à Médine ou Saramandaia Malte. Il suffit de prendre un coup d’oeil dans la tente barker: n’oubliez pas les talons hauts et les bas de lurex aller à la discothèque, parce que si les lignes de TV sont descendus dans les rues, c’est un signe que le complot vengeance.

Si c’est pour n’en nommer que quelques-uns, rapide vient à l’esprit: le Brésil et Batacla, Sucupira est Brasilia et Odorico vie Paraguassu au Congrès! Courage John était celui de ces trois Menezes avec Gloria? Ravengar a affaire avec la reine-Valentin? Gabriela ne pouvait pas avoir trahi son Nachib; Ih, Perpetua est chauve, Tieta arraché la perruque, Natasha était un vampire très sexy, et Isaura, un esclave qui est né blanc. Et le dernier, qui a tué le fléau de la bien-aimée Roitman Odette ou Hayala Salomon? Est-ce que sans un méchant bon n’a pas de petite amie du Brésil qui survivent, parce que le mal et le bien sont des sœurs jumelles (Ruth et le type de Rachel) cet univers crédible, même si elle, le cycle de graisse Dona peuvent exploser, et beaucoup de gens revenir de la mort.

Comment cela finira? Le dernier chapitre est une opinion publique nationale frisson mobilisé avec tout le Brésil arrêté de regarder la télévision: méchant puni (meurt, devient fou, se repent ou s’enfuit) et de la scène de mariage avec l’héroïne du bon gars (ne peut être en même temps à la fin). Chaque brésilienne a un peu d’un auteur tearjerker, finit comme suspects, mais cela n’a pas d’importance. Les scènes montrent que le prochain roman le lundi recommence, et ne manquez pas le premier chapitre.

Nous sommes les enfants de Janet et Dias, Ivani neveux! Espérons que Dieu, le bienheureux Salu platine et Vénus, qui ne manquait pas d’être né les auteurs merveilleux. Semoirs rêve, sont des créateurs qui démocratiser les questions urgentes de notre peuple (drogue, le sida, le travail des enfants, des colonels, la réforme agraire, la corruption politique, les minorités, le racisme, etc), et d’aider ces gars-là à comprendre leur genèse d’être merveilleux: tout noveleiro brésilienne dont les vies sont des œuvres remarquables, comme les romans.

Milton Cunha, a partir d’une idée de Almeida Gomes Roberto.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page