Carnaval de Rio 2022Photos Carnaval de Rio 2022

Seconde nuit magique des écoles du groupe spécial (2022)

Cette deuxième soirée de défilé des plus grandes écoles de samba a été marquée par les thématiques africaines, des visuels créatifs et quelques problèmes techniques. Revivez une synthèse de cette soirée en photo.

Une fois de plus, on a ressenti toute la fougue et la joie des écoles de samba de retrouver enfin l’avenue et leur public. Elles ont montré tout leur art et leur créativité dans la plus grande fête populaire brésilienne.
On a eu le plaisir de voir défiler: Paraíso de Tuiuti, Portela, Mocidade, Unidos da Tijuca, Grande Rio et Vila Isabel où ces trois dernières se sont particulièrement démarquées.
Voici un résumé de cette merveilleuse soirée de défilé des écoles du groupe spécial.

Résumé des défilés de cette seconde soirée de défilé des écoles du groupe spécial avec:

  1. Paraiso do Tuiuti
  2. Portela
  3. Mocidade de Padre Miguel
  4. Unidos da Tijuca
  5. Grande Rio
  6. Vila Isabel

Paraiso do Tuiuti

Avec une histoire encore récente dans le groupe spécial des écoles de samba, Paraiso do Tuiuti a eu l’honneur d’ouvrir cette seconde soirée de défilé des plus belles écoles de samba du Carnaval de Rio.
Comme plusieurs écoles cette année, elle aussi a fait le choix d’un thème exaltant ses racines africaines et l’histoire des grandes figures culturelles noires, ayant influencées l’histoire de la civilisation.
 Voici l’intitulé de ce thème: « Ka Ríba Tí ÿe – Que Nossos Caminhos se Abram. O Tuiuti Canta Histórias de Luta, Sabedoria e Resistência Negra »
( Ka Ríba Tí ÿe – Que nos chemins soient ouverts. Tuiuti chante des histoires de luttes, de sagesse et de la résistance noire.) Portée par un samba très entraînant, l’ouverture du défilé a abordé la création de l’homme à travers la représentation des Orixas. Rapidement sont apparus deux grands noms dans la lutte contre l’esclavage: Zumbi et Dandara.
Plus tard dans la parade ce sont des personnages plus récents comme Nelson Mandela, Angela Davis, Barack Obama, Beyoncé et Chadwick Boseman et d’anciens artistes qui ont été incarnés comme Benjamin de Oliveira, Mercedes Baptista, Maria Lata D’Água et Ru Paul. La commission d’ouverture a tout de suite fait une grande impression.
Composée de 15 danseurs, qui représentaient d’une belle manière et de façon original des Orixas dans le scénario de la création des hommes.
Paraiso a elle aussi fait le choix d’une scène mobile utilisée en deuxième partie de leur présentation. Un élément scénique brillant s’ouvrait pour symboliser la terre où se rencontraient les Orixas  Oxalá et Olodumarê.
C’est une des commissions qui de toute la soirée aura le plus marqué les esprits. Représentant Dandara et Zumbi, le couple de porte-drapeau et maître de cérémonie incarné par Dandara Ventapane et Raphaël Rodrigues ont fait une évolution bien coordonnée avec de nombreux échanges de gestes et de regards. Leur évolution symbolisait la force et la résistance des ancêtres africains. Grâce à leur excellent samba, l’ensemble des participants chantaient allégrement pendant le défilé et étaient largement soutenus par le public qui s’époumonait vigoureusement à chaque refrain. C’est un bon point, car cet entrain entre dans le critère de notation appelé « l’harmonie ».* Les costumes de l’école étaient très variés et représentaient entre autres les origines africaines de la civilisation comme l’Égypte par exemple.
Les bahianaises étaient dans une création en hommage à Angela Davis, figure importante des états unis dans la lutte pour le féminisme et contre le racisme. Avec le génial Paulos Barros carnavalesco à la direction artistique de l’école, le premier char était un message d’Orunmilá l’Orixa dont les hommes doivent écouter et suivre les enseignements.
Pour les plus profanes, le troisième char était une référence au Wakanda une cité africaine issue du monde des super héros du monde des Marvels. Deux participants revêtaient de magnifiques costumes de black panthère dans ce char aux couleurs blanche, noire et orange. De manière générale et dans la veine créative de Paulos Barros, les chars présentaient de beaux détails soutenu par de puissantes couleurs et un éclairage bien travaillé. Malgré toutes ces performances, l’école a souffert de plusieurs ouvertures entre les différents secteurs de son défilé et n’a pas réussi à finir dans le temps réglementaire.
Pourtant, la batterie du maître Marcão, donnait beaucoup d’entrain aux défilants et au public qui déchaînait le public a chaque effet rythmique.

Photos du défilé Paraiso do Tuiuti


Portela

Portela la deuxième école à défiler, a choisi le thème « Igi Osé Baobá » développé par les carnavalesco Renato Lage et Márcia Lage. Cet enredo a retracé l’histoire du baobab, l’arbre africain qui est un symbole d’ancestralité et de religiosité.

La commission d’ouverture des chorégraphes Leo Senna et Kelly Siqueira représentait l’origine des Baobás.
L’objectif de la présentation était d’illustrer le retour aux origines africaines à travers la rencontre des ancêtres.
Les membres ont présenté une mise en scène représentant un rituel en mémoire des esclaves. La commission montrait une tribu arrivant dans une nouvelle région et étant accueillie par un prêtre considéré alors, comme un être supérieur.


Le premier couple de maître de cérémonie et sa porte-drapeau, Marlon Lamar et Lucinha Nobre, a enchanté le public par la perfection de leur performance.
Représentant le lien entre le baobab, le ciel et la terre, elle portait une tenue bleue et blanche avec une jupe composée de plumes de différentes nuances de marron.
Dans une danse noble et classique, le couple a fait preuve d’une parfaite harmonie et d’une belle prestation.

La batterie a réalisé un excellent défilé sous la direction du maître Nilo Sérgio.
La reine de batterie, Bianca Monteiro représentait Otim, l’orisha féminin qui habite les forêts.
Les percussionnistes portaient des costumes qui représentaient Oxóssi, protecteur de la batterie de Portela.

Reprenant le samba avec vigueur,  la communauté de Portela n’a pas cessé de chanter l’hymne de l’école et a maintenu le rythme tout au long du défilé.

La Portela a enchanté et impressionné le public grâce à la richesse et à la grandeur de ses chars. En ouvrant le défilé, l’école a présenté une allégorie qui était composée de trois voitures accouplées qui représentaient le « berceau du monde. »
Cependant, l’école a eu des problèmes pour accoupler une partie de l’un des chars et celui-ci est entré endommagé dans l’avenue. La Portela a su maintenir sa tradition de luxe et de qualité avec des décors élaborés et des costumes détaillés. le thème, bien développé, a déroulé une parade facile à comprendre et un rendu véritablement splendide.

Photos du défilé de Portela


Mocidade de Padre Miguel

Photos du défilé de Mocidade de Padre Miguel


Unidos da Tijuca

Photos du défilé de Unidos da Tijuca


Grande Rio

Photos du défilé de Grande Rio


Vila Isabel

Photos du défilé de Vila Isabel

Photos: Riotur

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page