Bateria

Au Brésil, la bateria désigne un orchestre de percussions.
Au Carnaval de Rio, c’est le groupe des percussionnistes qui joue le samba de enredo dans un défilé.

A noter: Le terme de batucada, plus connu en France, est un mot utilisé en Europe pour désigner les groupes de percussions brésiliennes ! Au Brésil, c’est le mot bateria qui est employé.

La bateria au Carnaval de Rio

Au Carnaval de Rio, elle est regroupée dans un secteur particulier au centre du défilé.

Elle accompagne les musiciens et les chanteurs, dans l’interprétation du samba enredo. C’est véritablement la  bateria qui donne toute la cadence, le rythme et la puissance aux défilés du carnaval
Elle est sans aucun doute, le cœur du défilé d’une école de samba.

En tant qu’élément majeur du défilé, elle est soumise à un critère spécifique dans la notation du défilé.
Sur les 9 notes qui évaluent chaque école de samba, l’un d’entre eux note exclusivement la bateria.
Il est entre autres pris en compte: sa régularité, son harmonie avec le samba-enredo, l’équilibre sonore entre les instruments et sa créativité.
Mais son importance est telle, qu’elle influence, directement 3 autres critères de notation qui sont « l’évolution », ‘l’harmonie » et « samba-enredo »

Composition d’une bateria d’école de samba

Elle est généralement constituée de 250 à 300 musiciens. Elle est dirigée par un maître de bateria qui se tient face à elle en tête de cortège, comme un chef d’orchestre. Étant donné la taille du groupe, plusieurs directeurs  de batterie sont repartis dans le cortège, pour diriger et aviser les musiciens des effets rythmiques à venir.

Parmi les instruments qui compose la bateria on retrouve généralement: le tamborim, le pandeiro, le chocalho, le reco-reco, la cuíca, l’agogô, le tarol, le repinique, la caixa de guerra et 3 types de surdos.

La constitution de la batterie, c’est à dire, le nombre et le type de chaque instrument,  est déjà en soit, un choix artistique, une caractéristique qui va donner son timbre et sa personnalité aux percussions d’une école de samba.
Le placement des instruments a aussi un impact sur le son perçu par le public.
Par exemple, les 3e surdos sont généralement placés dans les « couloir » à l’intérieur du groupe, tandis que les 2e et 1er surdos sont placés aux extrémités.

La personnalité des différentes bateria est tellement marquée qu’elles ont généralement un nom.
Pour l’école de Salgueiro par exemple on l’appelle la « Furiosa » (furieuse), pour Unidos da Tijuca c’est « Pura Cadência » (pure cadence), celle de Mocidade est appelée: « Não Existe Mais Quente » (il n’existe pas plus chaud) et Mangueira appelle sa bateria « Surdo Um » ( surdo un).

Particularité des baterias des écoles de samba

Chaque école utilise des phrasés de caisse particuliers qui les identifient clairement.
Mangueira est célèbre pour ne pas utiliser de 2e surdo.
Império Serrano met l’accent sur ses agogôs qu’elle met très avant.
Certaines écoles de samba utilisent des panelinha ( petite poêle) qui joue dans un roulement rythmique frénétique.

Caractéristiques et effets dans une bateria de samba

Le tempo d’une bateria

Aujourd’hui, les baterias jouent à un tempo soutenu qui tourne entre 140 et 152 bpm (battements par minute).
Les tempos les plus lents favorisent la cadence, le swing alors que les tempos élevés sont plus explosifs et entraînants.

Les breques (breaks) et bossa.

Ce sont des effets rythmiques, qui consistent à faire de petites pauses, des respirations dans l’exécution du samba. Ils sont introduits avec des phrasés qui tranchent par rapport au rythme global.

Cela permet de structurer la musique, de lui donner de l’intensité et de sortir de la routine du samba qui peut être joué jusqu’à 70 minutes dans un défilé !

Les paradinhas (petits arrêts)

Dans les années 60 le maître de batterie André (José Pereira da Silva) à introduit un effet musical, qui consiste à arrêter d’un coup tous les instruments de percussion pour ne laisser jouer que le cavaquiho et le chant. Cet effet est saisissant et donne beaucoup d’intensité. Mais c’est une manœuvre risquée, car il faut ensuite reprendre sans faire d’erreur et sans déranger l’évolution du défilé.

Les paradinhas peuvent complètement trancher avec le rythme global du samba et interpréter du funk ou divers rythmes afro-brésiliens. Ces effets sont palpitants et d’une grande puissance musicale.

Apagão

En 2012, le musicien Ivo Meirelles est allé encore plus loin, en élaborant une coupure encore plus poussée pour l’école de samba Mangueira.
Appelé « apagão » (expression utilisée pour désigner une coupure électrique) ou paradona ( le gros arrêt),  cet effet consiste à arrêter brusquement l’ensemble des percussions, des instruments et des voix, pour ne laisser chanter que les participants et le public pendant un long moment.
Particulièrement technique, elle transforme pendant un instant, le Sambodromo en cathédrale ou des milliers de personnes chantent le samba-enredo à cappella.
Mangueira est probablement une des rares écoles à pouvoir prendre le risque d’exécuter cet effet  grâce au  grand nombre et à l’enthousiasme débordant des fans et de sa communauté.

L’apagao de Mangueira durant le carnaval de Rio 2012

 

Quelques termes utilisés pour les baterias

Naipes

C’est un terme issu des orchestres. Adopté par le maître Odilon, il sert à identifier un groupe spécifique d’un même instrument (naipe de surdos, naipe de tamborins, naipe de caixas …)

Batidas

C’est le battement, la pulsation.
On peut utiliser ce terme pour désigner la manière globale qu’une bateria a de jouer. (cette batterie a une « batida » très régulière)

 Virada

C’est un effet rythmique qui sert à conclure la fin du samba.

La bateria de l’école de samba Salgueiro

 

Fonctionnement d’une bateria, expliqué par maître Ciça

 

Quitter la version mobile