Accueil » Carnaval de Rio de Janeiro 2008 » Premier jour de défilé des groupes spéciaux

Premier jour de défilé des groupes spéciaux

Dimanche 3 février 2007

Ni la neige, ni les pingouins, n’ont réussi appuyé de la pluie, à refroidir l’ambiance ce dimanche au sambodromo Marques de Sapucai. Beaucoup d’imagination et d’originalité pour accompagner toutes ces merveilles qui ont défilé avec le premier groupe des écoles spéciales. Les « frissons » de Viradouro, le frevo da Mangueira, le cris écologique da Portela jusqu’à l’affaire de la muse « nue » de Sao Clemente et le tout sous l’oeil de quelques star internationales, ont fait de ce défilé une grande nuit de carnaval.

Sao clemente



« Maria la folle » par Rogéria: l’acteur travesti


Viviane Castro et l’affaire du tape sexe

L’école qui l’année passé avait réussi a se différencier des groupes d’accès et monté dans les groupes spéciaux : Sao Clemente a ouvert le premier jour de défilé des groupes spéciaux sur le thèmes de l’arrivée de la famille royale au Brésil 200 ans auparavant et ce avec peu de luxe et beaucoup de nudité.
L’ouverture du défilé avec une interprétation excellente de « Maria la folle » par l’acteur travesti Rogéria très applaudi par le public a introduit un bel hommage à la famille royale, le tout avec un « enredo » (thème) financer hauteur de 2 millions de R$(Real) par la préfecture. A l’avant du cinquième char un éléphant géant et articulé jetait de l’eau sur le public et reste un des éléments fort du défilé.
En contre partie des costumes très riches de la famille royale, nombre de modèles ont défilé les seins et les fesses nues. Le modèle Viviane Castro a provoqué une fureur aussi grande dans tout le sambodromo que son cache sexe était petit. Le modèle de 1,68 m et 60 Kg a défilé avec le plus petit cache sexe jamais vu dans l’avenue : 3Cm !!!. Mon costume est celui d’une indienne, a-t-elle expliqué, l’air ingénue, quand Dom João est arrivé au Brésil les indiennes évoluaient nues et sans cache sexe. Le comble reste le débat sur la soi-disante chute de la bagatelle de 3 cm qui n’a pas fini de faire couler de l’encre, mais risque de coûter quelques dixièmes de points l’école car l’exhibition de parties génitales dans l’avenue reste strictement interdite.

Porto da pedra


Le tigre symbole de l’cole


Porte drapeau et maitre de cérémonie


Angela Bismarchi et sa 41ème opérations!

« Un tigre dans l’avenue » d’or et monstrueux de taille, il a représenté l’école de sa force tranquille introduit par une commission d’ouverture faite de 15 danseurs faisant hommage au théâtre Kabuki.
Un bel hommage aux 100 ans de l’immigration japonaise au Brésil à grand renfort de geishas, samouraïs et des centaines de figurants japonais ou d’origine Japonaise, dont 600 avaient fait le déplacement spécialement du Japon pour le défilé! et dont les journaux, là-bas, ne parlaient plus que de ça.
La muse de batterie Angela Bismarchi fière de ses 40 opérations chirurgicales, a poussé le raffinement jusquà la 41eme opérations afin d’avoir les yeux plus bridés et ainsi coller au thème de son école, et son personnage par d’un costume 60 000 R$ recouvert de cristaux Swarovski.
En plein défilé, le directeur de batterie Maitre Louro a eu un malaise et a dù être remplacé, une autre peur, avec un début de fume dans le moteur du troisième char qui a vite été maitrisé.

Salgueiro


La commission d’ouverture.


Une douche dans les favela


La batterie de « malandros »

Quoi de plus beau comme thème pour le carnaval de Rio que de faire justement un hommage cette « ville merveilleuse ». Faisant la part belle à certaines passions carioca comme la plage, le foot et la samba, la rouge et blanche de Tijuca a malgré la pluie, réussi amener l’été carioca au sambodromo.
L’ouverture dans un balais de parasol, déroulait de temps autre une réplique du fameux trottoir de la plage de Copacabana, suivi des arches da Lapa et du Maracaña. Une autre pluie a été celle du nombre de beautés célèbres qui ont défilé : Mirella Santos a défilé avec 5000 cristaux Swarovski, une fantaisie couverte de feuille d’or 18 carats ainsi que 300 plumes de faisans, Viviane Araujo marraine de batterie jouait du tambourim, l’actrice Juliana Alve, Carol Honrio  et Sabrina Sato du big brother faisaient aussi parti de ce défilé très apprécié.
La présence du plus célèbre des carnavalesque Joãosinho Trinta a honoré le défilé sous les applaudissements qui lui sont habituellement dus chacune de ses apparitions.
Une frayeur avec le 8me char qui a laissé s’ouvrir un petit trou dans le défilé a cause de sa taille qui l’a empêche de pouvoir s’engager tranquillement dans l’avenue. Un vibrant hommage Rio de Janeiro au milieu de tous ses tourments rappelle a juste titre la magie de la cite carioca, le tout dans un défilé sans véritable failles, on attend les résultats !

Portela


Les bahianaises


La nature morte et le bébé sous-aliment


Transformation en bébé joufflu et nature chatoyante

« Un hymne a la vie » voilà ce que Portela nous a présenté dans l’avenue au travers de son thème : »reconstruire la nature, recréant la vie, le rêve devient réalité ».
L’école nous a gratifié d’un défilé merveilleux avec d’énormes chars, et le tout riche de créativité. Entrant dans le sambodromo avec un aigle de 22 mètres d’envergure et 20 mètres de haut ainsi que 2 kilomètres de néons, le tout inaugurant le plus grand emblème de l’école jamais présenté. Le char suivant embarquait des fontaines majestueuses et mouvementes, alimentes par 6000 litres d’eau embarqués dans le char!
Entre les ours polaires et les pingouins représentant le réchauffement climatique, on a pu apprécier la marraine de batterie Adriana Bombom au sommet de sa forme, suite a une diète et un programme de musculation très médiatisé dont les résultats ont impressionné.
Mais la plus grande magie de l’école reste l’apparition d’un char embarquant un bébé sous-aliment entouré dune nature morte qui laissait après une transformation rapide, la place a un bébé en pleine santé entour de fleurs ( on en garde encore des frissons).
Avec un défilé clôturé par un gorille géant et articulé, on a pu dans le secteur des directeurs voir défendre les couleurs de l’école en la présence de Paulinho da Viola et Zeca Pagodinho.
Pour clore un défilé bouleversant et magnifique un signe qui trompe rarement: le public en fin de défilé criaient  » est championne! ». A suivre …

Mangueira


L’école rose et verte la plus célèbre du brésil a fait cette année un hommage à la culture du Pernambuco à travers le Frevo et la capoeira.
  Malgré les différents problèmes affronté par l’école cette année entre autre avec le changement de président, Mangueira a fait un beau défilé.
Comme son habitude la chorégraphie de la commission d’ouverture signée Carlinhos de Jesus a bien innové avec les jeunes danseurs de l’école municipale de Frevo de Recife qui avec la plus jeune et énergique Andreza dos Santos de 8 ans nous a véritablement conquis!
Le char « Bloco das Flores » décoré de ses 40 000 fleurs et le coq « galo da Madrugada » de 10 mètres reste un des bons souvenir de ce défilé.
L’hommage de l’école incluait un balle masqué inspiré des salons de bals du 19 et 20 siècles suivi avec des secteurs de Pierrots et d’Arlequins tous masqués également.
Ivo Meirelles directeur de la batterie écarté de l’école la fin de l’année dernière suite à la découverte par la police d’un passage dans les loges qui conduisait à la Favela avec une sortie possible pour des trafiquants, a fondu en larme en voyant « sa » batterie passé: « tout ce que les percussionnistes présentent est le fruit de mon travail » « j’ai l’impression de voir passer un enfant que l’on m’aurait volé ».
Au final Mangueira au travers de ses hommages au Frevo, la capoeira et au Maracatu, a réussi le pari difficile de mélanger ces ingrédients au samba carioca pour le plaisir de tous les fans de « l’école la plus populaire du monde ».

viradouro


Une piste de ski au milieu de l’été, avec Paulo Barro, pas de problème!


Le char qui a remplacé celui de l’holocauste


Pas besoin de numréos pour le char du Kamasutra


Le secteur des mise à mort avec ici la guillotine


Chukky la poupe qui tue


le secteur Edouard aux mains d’argent


la sublime juliana Paes: marraine de l’école Viradouro

« S’en est à frissonner » : avec ce thème, le génial carnavalesque Paulo Barros nous annonce tout de suite la couleur.
Viradouro nous a offert un panel de sensation parmi le froid, les phobies et la terreur. Un défilé qui n’a pas manqué de créativité au milieu des polémiques et du fameux char interdit.
On pensait déjà avoir tout vu au Sambodromo avec des hommes volants de la Nasa, des voitures empilées, des chars humains et autres folies carnavalesque, mais quand on se retrouve au milieu de l’été à Rio avec une piste de ski mobile de 33 mètres de long et 10 mètres de dénivelé, ridé par des skieurs et surfeurs on se sent vraiment en plein délire. Pas moins de 26 tonnes de neige acheminé par semi-remorque on fait le voyage pour alimenter la montagne ambulante.

Dans cette collection à donner la chair de poule on a pu voir défiler: un char avec un bébé fraichement né tenu par les pieds tête en bas dans un char composé de milliers de poupées, les insectes les plus détestés composé de centaines de participants déguisés en blattes et araignées, plusieurs secteurs représentant différentes types d’exécution avec : la guillotine, la chaise électrique et autres potences et pour finir plusieurs chars et secteur très apprécié du public avec les personnages les plus célèbre des films d’horreurs avec entre autres: chukky la poupe qui tue, Freddy Krueger et la petite fille de l’exorciste.

Suite au fameux char de l’holocauste interdit par la justice 2 jours avant le défilé qui représentait des corps empilés des camps de concentration avec au sommet un destaque déguisé en hitler. Paulo Barros nous a prouvé une fois de plus son génie créatif non seulement en remplaçant son char en presque 24 heures, mais dans le même tour de main en réussissant faire un véritable manifeste pour la liberter d’expression. Le char s’est vu remplacé par un groupe de personnes bâillonnées vêtue d’une simple tunique blanche avec 2 banderole dont la première disait: « la liberté qui tarde encore » et la seconde « on ne construit pas le futur en enterrant le passé ». Improvisation revendicative et percutante du plus créatif des carnavalesque depuis Joãozinho Trinta, ce char était d’autant plus bouleversant que la plupart de ses participants sous un aspect immobile et rancunier pleuraient réellement.
On a également frissonner au passage du char du Kamasutra, un char de plusieurs étages aux saveurs indiennes qui composé de couples nus entièrement recouvert d’or, simulaient différente pose du plus célèbre des livres hindous.
Après ses déboires avec Mangueira l’an passé (cf carnaval de Rio 2007) Beth Carvalho est venue en destaque sur le char en hommage du maitre Cartola et déclarait être heureuse de défilé avec Viradouro.
Pour finir, car on se doit de finir par le meilleur, la sublime Juliana Paes, marraine de batterie, dans un costume magnifique et une chorégraphie en accord avec les percussionniste nous a une fois de plus laissé rêveur.
Viradouro nous a présenté un carnaval fidèle son thème et la hauteur de son carnavalesque, un défilé qui même si on doute qu’il soit bien accueilli par les juges, a néanmoins fait vibrer le cœur de son public et c’est ça qui compte.

Ovationné comme a chacune de ses apparitions Joãozinho Trinta venu directement du carnaval de Sao Paulo a déclaré apporté sa solidarité a Paulo Barros car lui aussi à plusieurs fois été victime de « chars interdits » a souligné « qu’il ne supportait plus ces censures au carnaval ». Concentré actuellement à la qualification des écoles de samba de Brasilia pour 2010 ainsi qu’à son projet du « Samba des nations », il nous a confié qu’il n’arrêtait pas de travailler.
Parmi les stars on a pu compter sur la présence de Quincy Jones, Anna Kournikova le couple Monica Belucci et Vincent Cassel accompagn de ludivine Sagnier ainsi qu’à la star d’Hollywood Lucy Liu.

Un commentaire

  1. un defile qui meme si on doute qu’il soit bien accueilli par les juges -> ça mme parait pourtant pas si éviden 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*